Ateliers et rites, Conférences

Quand Eros et activisme social se rencontrent

On a besoin d’un nouveau souffle dans nos projets personnels et sociaux quelque chose qui s’appelle la joie de vivre, quelque chose qui s’appelle l’émerveillement, qui est complètement absent de nos structures d’éducation, quelque chose qui s’appelle la simplicité volontaire (confortable mais simple)… Quelque chose qui ne s’inscrit pas dans des vues technocratiques pré-planifiées mais qui tient plutôt de l’intuition fulgurante du sens de l’aventure de vivre. On a un besoin urgent d’un nouveau projet social romantique. Un projet qui “fabrique de l’âme”, selon la belle expression de James Hillmann, qui soulève l’enthousiasme, qui fait battre les cœurs, qui se développe autant par contagion, par contamination que par information, qui renverse le mur de l’impuissance et du désespoir, qui nous redonne collectivement joie de vivre et énergie. On a besoin d’un nouveau souffle lyrique pour parler de la terre et des eaux. On a besoin d’imbiber de plaisir nos analyses sociopolitiques. Passons de l’idée de responsabilité coupable vis-à-vis la planète à celle de responsabilité amoureuse (je prends soin parce que je vibre à la beauté, parce que je suis en amour). Qu’est-ce qui nous manque tant, disions-nous, pour prendre feu et passer à l’action ? Le facteur Joie. Redonner joie et magie à nos projets sociaux !