Paula,

Je t’ai tant aimée… Toi qui a rallumé la flamme en moi, montré le chemin en me disant : « c’est par là, oui, par ici ! ». « Ne t’arrête pas, cherche, scanne, Vis ». « Farfouille et mets-y tout ton cœur, tout ton être, il n’y aura peut-être pas de demain ».

Un jour oui, tu m’as demandé ceci : « et s’il te restait six mois à vivre, et si c’était aujourd’hui ton dernier jour ? ».

Tu m’as ouvert les yeux, un peu, passionnément. Mais ta manière à toi d’ouvrir les yeux dans le noir restera pour toujours gravée dans ma mémoire. Ton rire qui résonnait encore quelques jours avant ton grand départ. Cette joie immense qui te traversait – la vie qui nous traverse tous – je pouvais la palper à tes cotés.

Cette transmission d’être à être, tu l’as faite avec un si grand cœur. Je porte maintenant un peu en moi l’enthousiasme façon HO Rites de Passage, « festif et sacré », comme tu aimais si bien dire. Cet héritage est lové en moi comme le petit renardeau se love en hiver, et il grandit chaque jour, m’accompagnant sur mes pas, puis se transmet à nouveau, d’être en être. Cet héritage est bien vivant !

 

Paula, que serais-je si je ne t’avais pas rencontrée ? Une silhouette terne sur le chemin de la respectabilité ? Mais j’ai eu la chance de croiser ta route, et ma vie a acquis un peu plus de sens, celui du non-sens, du mystère impénétrable mais si vibrant à chaque instant.

For love for you and forever, je continue à transmettre le message : “La vie n’est pas un problème à résoudre mais un mystère à vivre ». Oh oui, sacré mystère !

Merci Paula !

Delphine